Selon la SARB, les cryptos ne sont pas des devises

Le gouverneur de la Banque de réserve sud-africaine (SARB), M. Lesetja Kganyago, a plaidé contre le classement des crypto en tant que valeurs monétaires.

Conformément à un article de MoneyWeb, le chef de la banque centrale a assimilé les crypto à des actifs plutôt qu’à des devises lors de la séance de discussion des dialogues de leadership organisés par la Wits Business School.

D’après le directeur de la centrale sud-africaine, les crypto-monnaies ne remplissent que 2 des 3 conditions d’une devise, affirmant :

“Une crypto-monnaie est un dépôt de valeur. Elle est un moyen de paiement, mais elle n’est pas acceptée par tous. Elle est seulement reconnue par les personnes qui y prennent part.”

Les propos de Kganyago constituent une plainte courante des banquiers centraux et de tous les autres intervenants du vieux système financiers envers le bitcoin (BTC) et les crypto-crédits.

Toutefois, les crypto sont de mieux en mieux accueillies en qualité de modes de règlement, en particulier sur un marché de vente au détail. Récemment, le Salvador est devenu le 1er pays à considérer le BTC comme cours légal, une décision qui peut être reprise par les autres pays centraméricains.

Compte tenu de la généralisation des crypto-monnaies, les systèmes de financement par carte, comme Visa et Mastercard, commencent eux aussi à les adopter.

À propos du contrat de crypto-monnaie conclu par la SARB, M. Kganyago a souligné que la banque centrale souhaitait réglementer le secteur de la crypto-finance dans le but de préserver les intérêts des investisseurs. Les sociétés de crypto-monnaie présentes dans le pays ont auparavant averti du fait que le manque de règlements clairs et précis nuisait à cette industrie au niveau local.

Gregoire Blanchard

Author: Gregoire Blanchard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *